Visite de Cape Coast à la découverte de son fort et de sa maison des esclaves

By  |  0 Comments

Capitale de la région du centre, Cape Coast est une ville du Ghana à 165 km d’Accra la capitale. Jumia Travel vous fait découvrir la ville et sa maison des esclaves avec sa porte du non-retour.

En langue fanti, la ville est dénommée Oguaa. Cape Coast a gardé les vestiges de ce passé tumultueux. Beaucoup de touristes viennent visiter la ville en pèlerinage car il fût une période où cette agglomération était le point de départ de milliers d’esclaves vers l’Amérique. Fondée par les portugais au 15ème siècle, la cité est passée aux mains des hollandais puis des suédois pour finir par être administrée par les britanniques. Ces derniers en feront une riche cité avec son marché d’esclaves. De nos jours, le fort et la maison des esclaves témoignent de cette époque.

Cape Coast Castle a été érigé en 1653 par les suédois puis repris par les britanniques qui finalisent la construction du bâtiment. Classé sur la liste du patrimoine mondial par l’Unesco, le fort servait de base de militaire et résidence du gouverneur. C’est ici que se traitaient toutes les affaires de cette partie de la Côte d’or.

Notre parcours nous mène aussi à la maison des esclaves. Sur les lieux, on retrouve un style qui ressemble aux demeures coloniales avec une vaste cour et un accès direct à la mer. Avant d’entamer la visite, faisons un tour au musée intégré à la maison des esclaves; ici l’histoire de la ville est contée depuis l’arrivée des premiers colons. Beaucoup de manuscrits sont consacrés à l’esclavage; cette période coloniale a duré plus de 6 siècles pendant lesquels le commerce de l’or et des produits comme le café, la canne ont connu un grand boum. Vous y trouverez quelques objets : des chaînes et des menottes qui rappellent la captivité, des objets usuels en porcelaine et des bouteilles de l’époque où était distribué l’alcool qui servait souvent de monnaie d’échange.

La maison des esclaves de Cape Coast est composée de plusieurs pièces sombres et humides ; il a aussi beaucoup de tunnels par lesquels passaient les esclaves pour rejoindre les bateaux amarrés de l’autre côté des murs. Les cellules sont basses et étroites ; il y en avait pour les femmes, les hommes et les enfants. A L’étage se trouve les pièces réservées au gouverneur et à l’administration de la maison. Sur le toit, des canons et des miradors rouillés servaient de protection en cas d’attaque ; il faut dire qu’à l’époque elles étaient nombreuses. Pour terminer la visite sur une note de forte émotion, on se dirige vers la porte  du non-retour par laquelle des millions d’hommes, de femmes et d’enfants sont passés pour ne plus revenir. Ici tout rappelle la traite des noirs.

Flaner dans les rues chargées du centre-ville de Cape Coast vous fera oublier ce passé trouble. Au marché, faites vos emplettes, ici, on trouve beaucoup de produits issus de l’artisanat local.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *