Tourisme en Afrique, la fleur de l’espoir

By  |  0 Comments

Depuis le début des années 2000, les pays Africains ont entamé la « révolution » du secteur touristique avec pour ambition de faire du continent une destination privilégiée. Un pari en passe de réussir dans plusieurs pays Africains, même si le potentiel touristique demeure très peu exploité, il y’a tout de même une lueur d’espoir.

lespaletuviersC’est en Afrique que se trouvent certaines des économies les plus dynamiques, et le tourisme a été pour certaines de ces économies un facteur important. Les revenus issus du tourisme représentent déjà plus du double du montant de l’aide des donateurs.  Le continent a enregistré en 2013 environ 50 millions de touristes et devrait en fin 2014 voir ce chiffre augmenté de 5%. Un chiffre qui pourrait être insignifiant si l’on prend en compte les 980 millions d’arrivées de touristes internationaux dans le monde chaque année. Mais si l’on considère le flux touristique du continent avant cette « révolution » qui était de moins de 10 millions, on se rend vite compte des efforts fournies par les pays Africains. Les recettes touristiques constituent une source vitale pour de nombreuses économies du continent. Environ 30% du produit intérieur brut (PIB) du Cap-Vert proviennent du tourisme, 25% pour l’île Maurice, 16% en Gambie et 50% aux Seychelles. Selon l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT), l’Afrique continue de recevoir plus de touristes que l’Amérique centrale, l’Amérique du Sud et les Caraïbes, et si la tendance se poursuit plusieurs pays du continent devraient d’ici à 2020 se hisser dans le top des destinations touristiques.

L’équation des infrastructures

DSC_0030Les observateurs du tourisme sont optimistes, d’après Taleb Rifai, Secrétaire général de l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT), « le continent Africain a été l’une des régions où le tourisme a le plus progressé ces dix dernières années, malgré les troubles de 2012 dans les pays arabes », toute fois ajoute-t-il  « Si les investissements sont judicieux, les touristes viendront en plus grand nombre, les investisseurs enregistreront d’excellents rendements, des emplois seront créés et l’économie tout entière en bénéficiera ». Il est donc important pour les pays Africains de se doter d’infrastructures fiables si le continent veut pleinement atteindre ses objectifs. Et dans ce sens, depuis plusieurs année, les gouvernants Africains s’attèlent à résoudre le problème des infrastructures, d’importants travaux sont réalisés afin de répondre aux exigences du tourisme mondiale. C’est le cas des pays comme le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Rwanda, la Tunisie, l’Egypte, le Kenya… où d’importants ouvrages ont été réalisés pour permettre le développement du secteur du à travers des routes, des hôtels…

Le développement de l’hôtellerie, une aubaine pour le tourisme Africain.

Avec des taux de croissance économique parmi les plus élevés au cours des dernières années, l’Afrique attire aujourd’hui les regards des chaînes hôtelières internationales et régionales, notamment pour son potentiel sur le secteur du tourisme et des affaires. La région qui a su attiré de grands groupes hôteliers, offre en destination du continent des services de qualité. C’est d’ailleurs cet immense potentiel qui a poussé Africa Internet Holding, (à l’origine de plusieurs plateformes internet en Afrique), à lancer en Afrique le site de réservation d’hôtels en ligne Jumia Travel . Le site qui connait un grand succès en Europe, est présent en Afrique au Sénégal, Côte d’ivoire, Maroc, Cameroun, Congo, Nigeria, Kenya et a déjà référencé plus de 10.000 hôtels et résidences. Un projet qui vient booster les secteurs de l’hôtellerie et du tourisme en pleine expansion en Afrique. Symbole de cette évolution en marche, la clientèle d’affaire locale pèse de plus en plus lourd. Selon plusieurs chaînes hôtelières, elle représente environ 55 % de la fréquentation hôtelière africaine. De quoi tirer le développement d’une offre spécifiquement africaine, illustré par l’émergence de nouvelles enseignes et services.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *