Togo – Aného promet un séjour authentique dans la quiétude

By  |  0 Comments

Située à 15 kilomètres à l’est de la ville d’Agbodrafo, Aného est le centre spirituel du peuple Guin-Mina au sud du Togo. Lomé, la capitale est juste à 47 km ; avec Jumia Travel allons découvrir cette paisible petite agglomération réputée pour son calme.

La ville est bâtie près d’une lagune sinueuse et est entourée de villages de pêcheurs et de plantations de cocotiers. Autrefois, Aného fut le premier centre de l’administration allemande avant devenir la première capitale du pays. Faisant la frontière avec le Bénin voisin, l’agglomération est un grand centre de métissage et un grand melting-pot. La ville est scindée en deux parties : les vieux quartiers qui forment le cœur historique d’Aného et la ville nouvelle qui regroupe les cités nouvelles et quelques quartiers résidentiels.

Ici on trouve les résidences des rois Sedegbe Foli Bebe XV et Nana Ohiniko Quam Dessu XIV mais le véritable souverain d’Aného reste  Togbé Ahuawoto Zankli Savado Lawson VIII. Il est le gardien des traditions et guide spirituel de tout le peuple Guin. Aného conserve l’âme d’une petite ville coloniale du 19ème Siècle. Les maisons coloniales sont souvent restaurées et donnent une architecture charmante à cette partie de la ville. Au marché central, on trouve beaucoup de produits locaux, des fruits et légumes de saison ainsi qu’une place d’artisans où vous pourrez acheter sculptures, pagnes, objets de décoration en osier.

Aného est un village de pêcheurs avant tout. Ici, les grandes familles de pêcheurs ont mis en place des coopératives dont le fonctionnement est un modèle à travers le pays. En centre-ville, les restaurants servent les spécialités locales presque toute à base de poissons et de crustacés. En été, la plage est le point de ralliement d’Aného. Il faut dire qu’elle est belle et s’étire sur une trentaine de kilomètres.

Entre partie de pêche, promenade sur la plage de sable fin, randonnée dans la savane enveloppant la ville et soirée fiévreuse en centre-ville ; il fait bon vivre à Aného.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *