Tchép bou dien: l’art culinaire sénégalais devenu mondial

By  |  0 Comments

Ambassadeur de l’art culinaire sénégalais, le tchép bou dien (parfois orthographié thiéboudienne ou tchèp) est le plat national que chaque visiteur veut manger à tout prix en arrivant au Sénégal. La renommée de ce mets à base de riz, poisson, sauce tomate, et légumes a fini par faire du Sénégal l’une des destinations culinaires de choix sur le continent…

Si lors d’un jeu axé sur la connaissance des pays africains, vous posez la question à savoir de quel pays vient le tchép bou dien, vous pouvez être certain que l’ensemble des candidats répondra correctement à cette question. Il est presque impossible de parler de tchép bou dien sans évoquer le nom d’un pays : le Sénégal. Que ce soit en Afrique, en Europe, en Asie ou en Amérique, tchèp (riz en wolof, langue nationale du Sénégal) a fini par parler de lui.

Dés l’enfance, la sénégalaise apprend à cuisiner ce plat, car au Sénégal une femme qui ne sait pas  cuisiner  un bon tchép bou dien, ne saura jamais rendre heureuse son époux, chaque famille possède donc son petit secret (ingrédients, dosage, cuisson).

Selon un propriétaire d’hôtel de Dakar, partenaire de Jumia Travel , site de réservation d’hôtels en ligne, « les visiteurs une fois arrivés au Sénégal n’ont qu’un mot en tête: tchéb bou dien. Certains nous demandent même s’il est possible qu’ils prennent des cours de cuisine pour apprendre à cuisiner du tchèp, le tchèp est devenu la principale attraction ».

Situé au quartier Nombakélé à Libreville (Gabon), Astou la sénégalaise, comme l’appellent affectueusement ses clients, est devenue grâce à son tchép bou dien l’amie de tout le monde. « Beaucoup de personnes qui désirent se rendre au Sénégal viennent me demander conseils, certains me demandent même de leur suggérer des endroits où ils peuvent manger du bon tchèp. Ici les gens appellent le tchéb bou dien, le riz sénégalais ».

Fatima pour sa part résidente à Montreuil (France) depuis 20 ans a fini par se faire des amis dans toute la cité où elle réside avec sa famille. « Lorsqu’il y’a des fêtes comme la tabaski, j’invitais des voisins à manger du tchép bou dien, et chaque année on se retrouvait de plus en plus nombreux. On a donc décidé avec mes sœurs sénégalaises de créer une association, et à chaque fête on cuisine du tchèp et invitons nos voisins et amis dans un endroit plus grand. Par la suite, plusieurs de nos amis qui ne connaissaient pas notre pays y ont été passés leurs vacances.“

Le tchép bou dien est devenu en dehors du Sénégal une référence lorsqu’on parle de cuisine africaine, mais ce plat qui selon l’histoire aurait été cuisiné pour la première fois à Saint-louis du Sénégal au XIX éme siécle est surtout devenu le miroir du pays de la « téranga » (hospitalité).

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *