Les pagnes traditionnels de la Côte d’Ivoire

By  |  0 Comments

Kenté, Sanoufo, baoulé, wax font la fierté de la Côte d’Ivoire.

De Yamoussoukro à Abidjan, en passant par Gagnoa et Korhogo, il y a quelque chose de commun à tous les ivoiriens et c’est bien-sûr le pagne traditionnel. En Côte d’Ivoire, le pagne s’affiche partout avec ses couleurs vives. La variété des motifs et l’éclat des couleurs, les techniques d’impression et de teinture en ont fait un art textile riche de significations.

Jumia Travel vous amène à la découverte de ce tissu qui est plus qu’un simple vêtement ; c’est tout un art du tissage qui est perpétué.

  • Le pagne Kenté : le plus atypique

 

african-kente-cloth

Le peuple Akan a son pagne qui au fil des siècles est devenu aussi réputé que précieux. La technique de production consiste à tisser des fils de coton ou de soie entre eux. Il s’agit en général de fils de plusieurs couleurs, chaque couleur ayant sa signification. À l’issue de cette première étape de tissage, on obtient de longues bandelettes qui sont cousues les unes aux autres pour obtenir le pagne en lui-même. Si aujourd’hui l’utilisation du kita s’est répandue, il est à noter qu’à l’origine, il s’agit d’un tissu royal au caractère sacré, revêtu par les notables Akan lors de grandes cérémonies d’intronisations et de mariages.

  • Le pagne tissé Baoulé

etoffe-pagne-baoule1

En pays Baoulé, le pagne revêt une signification mystique. Les tisserands des villages du centre du pays en détiennent le secret de fabrication. Le fil est tissé en bandes étroites, les bandes ainsi obtenues sont assemblées pour former un pagne. Il existe trois variétés de pagne baoulé:

– ceux dont les motifs sont faits en fil de soie, (ces pagnes ont un aspect luisant)

– ceux dont les motifs sont en peau de panthère, appelés « golikplo » en langue baoulé (ces pagnes sont plus rares. Très peu de tisserands en maîtrisent la technique de production).

– ceux plus classiques avec des motifs en coton ; les plus répandus.

  • Le pagne sénoufo : le pagne du guerrier

Pagne_sénoufo_04

Les pagnes traditionnels sénoufos sont décorés de nombreux animaux mythologiques ou totémiques comme le crocodile, le serpent, la tortue, le caméléon selon des motifs géométriques. Selon la tradition, ces dessins d’animaux sacrés « avaient le pouvoir de protéger et de procurer une bonne chasse aux chasseurs qui portaient cette tunique ». Ils sont peints en noir directement sur le tissu de coton écru à l’aide d’un couteau en bois légèrement recourbé et taillé à l’extrémité. Ces tissus de coton filé, épais et irrégulier cousus en patchwork sont encore dans le nord du pays la base des costumes des paysans, des chasseurs et des danseurs.

Les pagnes anciens, qu’ils soient baoulé, kita, sénoufo ou les plus traditionnels gouro et yacouba, continuent à habiller les hommes et les femmes de la société ivoirienne dans les moments de joie, de malheur ou de deuil. Certes, les pagnes imprimés industriels envahissent le marché textile, mais les pagnes artisanaux ne cessent d’être des parures de grande valeur sociale, présents dans toutes les cérémonies traditionnelles en Côte d’ivoire.

 

button_discover150French

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *