Côte d’Ivoire : A la découverte des danses traditionnelles

By  |  0 Comments

Le pays d’Houphouët Boigny est connu à travers le monde grâce à sa riche tradition et sa diversité culturelle.

En Côte d’Ivoire, les danses traditionnelles tiennent une place importante dans les plus importantes célébrations. De Gagnoa à Daloa en passant par Bouaflé ; vous pourrez assister à ces parades joyeuses et hautement respectées.

Chez les Baoulés, on danse le Kotou. En langue locale, Kotou signifie « boa ». En effet, l’histoire de cette danse est liée à un serpent : durant trois nuits, un boa tourna autour du village, puis il pénétra dans le poulailler d’un villageois où il vomit feuilles et divers objets. Après consultation du devin du village, il apparut que le boa voulait qu’on crée une danse en son honneur. D’où le nom de Kotou pour cette danse. En général, le Kotou est une danse réservée aux hommes ; cependant les femmes peuvent y participer en exécutant des pas qui leurs sont propres.

Dans la région de Man, on danse le Tématé lors des grandes réjouissances. Créée par les Wobés, le Tématé est une variante de la danse Kono. Cette danse raconte l’histoire du riz, de sa plantation à sa consommation. Les pas de danse ne sont pas improvisés. Ils s’exécutent en file indienne et rappellent les gestes des différents travaux de la culture du riz. Le Tématé est dansé par de jeunes filles coiffées d’un bonnet de cauris ; elles portent également une large ceinture de cuir à la taille.

danse_traditionnelle

Dans la région d’Oumé au centre du pays, le Plédou est la danse de l’ethnie Gagou. Cette danse tient son nom d’un petit tam-tam ; elle se pratique en file ou par deux. Elle est exécutée essentiellement par des hommes mais des femmes peuvent se joindre à la procession avec des mimiques.

L’ethnie Bété a aussi sa danse ; le Zagrobi possède une histoire particulière. Il se raconte qu’après de nombreux jours de marche, un chasseur entre dans une forêt. Tout à coup, son oreille entend des bruits de tambours : il venait de pénétrer dans la forêt des génies, en pleine cérémonie rituelle. Cette présence humaine rend alors les génies furieux, qui prennent l’homme en chasse. Rattrapé à l’entrée du village, le chasseur est ramené dans la forêt sacrée où il est initié à la danse Zagrobi. De retour au village, le chasseur raconte son histoire aux anciens. Charmés par cette danse, ces derniers en gardent jalousement le secret. Ainsi, le Zagrobi est une danse réservée uniquement aux femmes mariées ; d’ailleurs elle n’est exécutée uniquement que lors des fêtes de mariages. Danse très rythmée, le Zagrobi marque l’union de deux familles dans l’allégresse.

Jumia Travel vous mène à travers les régions de la Côte d’Ivoire dans un circuit de danses traditionnelles authentiques.

 

button_discover150French

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *