La chanteuse Adiouza revient sur la scène avec « Ma la Nob »

By  |  0 Comments

On ne pourrait pas parler de sa carrière musicale sans énoncer ses tournées nationales et internationales donc forcément de voyages à travers le monde. Adiouza est sénégalaise, artiste, chanteuse et fille d’un icône de la musique africaine. De Dakar à Rio de Janeiro en passant par Abidjan et Lagos, la talentueuse et pétillante jeune femme est connu pour son talent. Elle a accordé une interview à Jumia Travel pour parler d’elle, de sa carrière et bien-sûr de ses nombreux projets.

 

  1. Pour ceux qui ne vous connaissent pas encore, pouvez-vous vous présenter aux lecteurs du blog de Jumia Travel?

Je m’appelle Adji Kane Ouza Diallo, plus connue sous le nom de Adiouza mon nom d’artiste. Mon papa Ouza Diallo est ce que je définirais un activiste qui à travers sa musique a pu exprimer ses opinions politiques et revendications sociales; d’ailleurs il est connu et respecté pour cela. Baignée dans l’ambiance musicale depuis mon tendre enfance, j’ai fait mes premiers pas sur scène aux côtés de mon frère Cheikh Lô Ouza Diallo qui est pianiste, choriste et chanteur; je peux dire qu’il a été mon mentor. Ce dernier me fit découvrir le jazz et pleins d’autres genres musicaux. Après avoir décroché le Bac, je me suis inscrite en Ethnomusicologie à Paris en 2004, de même qu’au conservatoire de l’Hay-Les-Roses pour des cours de solfège, de piano, de batterie et de guitare. Après quelques années d’apprentissage et de prestations sur quelques scènes parisiennes, j’ai pu lancer mon premier album en 2008. “Maadou” fût le premier titre de cet opus qui m’a faite fera connaître du public sénégalais car dans cette production j’ai fait une reprise de “Carmen” sous le titre de “Nobel”. Il faut dire que interpréter un classique d’Opéra en version “Mbalax (genre musical typiquement sénégalais)” était une première. Ce fût le début de ce qu’est ma carrière en ce moment.

  1. Vous faites un comeback après 2ans de standby, qu’avez-vous fait durant ces années ?

J’ai fait un repli stratégique dans le but de plus me concentrer. J’étais constamment en studio pour explorer de nouvelles sonorités et rythmes afin d’enrichir mon nouveau projet. J’ai beaucoup voyagé aussi en quête d’inspirations et toujours avides de rencontres artistiques. Disons en résumé, c’est deux années de travail de travail dans l’ombre pour découvrir d’autres styles et travailler sur ma propre personne.

  1. Parlons voyage, quels pays avez-vous déjà visité ?

J’ai visité beaucoup de pays dans le cadre de mon travail, j’ai fait l’Amérique du Nord et du Sud, l’Europe et l’Afrique. J’ai eu à parcourir beaucoup de pays dans le monde.

  1. Parmi vos nombreux voyages, lequel vous a le plus marqué, plu ?

Le voyage qui m’a le plus marqué est sans doute celui du Brésil. C’est un pays qui m’a marqué de par sa culture, l’art culinaire, la bonne humeur etc… J’y retournerai avec grand plaisir car je me sens en parfaite cohésion avec l’environnement culturel et social.

  1. Quels sont vosles projets dans le court terme sachant que vous avez signez votre retour avec une magnifique vidéo ?

Pour le court terme il y a des tournées en vue dans la sous-région africaine, le tournage des clips de l’album, dont un deuxième single qui va sortir avant l’album d’ailleurs, mon équipe et moi sommes en pleine préparation de cette sortie qui est prévu pour très bientôt. C’est un projet auquel j’ai accordé une très grande attention et mené un dur travail.

  1. Anecdote Voyage : quelle est la chose la plus insolite, folle, dingue, hors du commun qui vous est arrivé lors d’un voyage ?

Lors de mon premier voyage aux USA, vu qu’à l’époque je ne comprenais pas trop l’anglais j’avais un mal fou à commander à manger à tel point que je mourrais littéralement de faim tellement c’était laborieux de me faire comprendre. Mes interlocuteurs finissaient toujours par éclater de rire avec mon mauvais anglais et mon accent bizarre. Imaginez l’effete que cela fait d’avoir de l’argent en poche et mourir de faim; au finish s’en était devenu drôle et je me rappellerais toujours de ce séjour car cela m’a permis de me mettre à apprendre la langue; il était temps que je m’y mette.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *