A la rencontre de Gunman Xuman, le présentateur vedette du Journal Rappé

By  |  0 Comments

Xuman est reconnaissable à sa tête enturbanné sous lequel est dissimulé des locks mais aussi sa forme longiligne. Le monsieur n’est pas seulement grand de taille, il est grand d’esprit. Rappeur, auteur compositeur depuis plus de 20 ans, Xuman incarne cette génération pionnière du rap sénégalais qui continue encore de faire les beaux jours de ce mouvement qui a connu tellement de mutation. Le blog de Jumia Travel est allé à la rencontre du créateur et aussi présentateur du célèbre Journal Rappé.

Jumia Travel Blog – Xuman est notre invité cette semaine, artiste rappeur connu à travers toute l’Afrique. Pouvez-vous vous présenter à nos fidèles lecteurs ?

Gunman Xuman – Mon nom c’est Gunman Xuman artiste rappeur et à vrai dire j’ai commencé à faire du hip-hop un peu par accident. Je suis né et j’ai grandi à Abidjan, je suis arrivé au Sénégal dans les années 90 et je n’étais pas venu faire de la musique. Mais c’est un de mes meilleurs amis, qui est aussi un cousin et qui avait un groupe de danse du nom de New Froiss, qui m’a plus ou moins incité à faire de la musique. Et il y avait Aladji Man (Daara J) qui était dans le groupe et à l’époque les jeunes étaient plus portés sur la danse que sur le rap et petit à petit j’ai commencé à écrire des textes de rap. Par la suite, j’ai rencontré Awadi et Duggy Tee du groupe Positive Black Soul et en 1992 lors de la coupe d’Afrique qui s’est tenu à Dakar j’ai été choisi afin de participer à un single de soutien aux lions de la Téranga et ce fût le déclic. Puis j’ai rencontré Daddy Bibson et puis Kool Kook 6, au préalable Aladji Man a quitté pour aller former le Daara J. Nous avons ainsi formé le Pee Froiss et avons été rejoint par Gee Bass qui est devenu le dj officiel du groupe. Notre premier album sort en 1996 et c’est l’année où j’arrête les études aussi pour me consacrer exclusivement à la musique.

froiss

Jumia Travel Blog – Actuellement vous êtes connu comme l’initiateur du Journal Rappé, parlez-nous de cette émission télévisée qui cartonne.

Gunman Xuman – Le Journal Rappé est une initiative que j’ai en tête depuis une dizaine d’années et qui s’est concrétisée il y a de cela 3 ans. Entre 2011 et 2012, le Sénégal a connu une crise politique et beaucoup de rappeurs s’étaient engagés dans un combat citoyen et ce fut l’occasion de donner des infos vraies de façon décalé. Et c’est le début de l’extraordinaire aventure du Journal Rappé. Et j’ai été très surpris de voir le projet repris au Burkina, en Côte d’Ivoire, en Mauritanie ; ce qui montre l’impact que cela a eu au niveau national et continental.

Le marché  africain est le vrai marché du rap sénégalais.

Jumia Travel Blog – On parle voyage à présent, quels pays avez-vous déjà visité et quel est celui qui vous a le plus plu le plus marqué ?

Gunman Xuman – Sans hésitation je dirais l’Egypte. Déjà ce fut un rêve pour moi de partir là-bas, aller voir les pyramides était un rêve de gosse. Ce pays est magnifique avec la vallée des rois, les tombes des Pharaons et tellement d’autres vestiges qui montrent la civilisation qui s’y est développée.

screenshot_2016-11-15-11-15-51-1-min

Jumia Travel Blog – Votre destination de rêve vous mènera où ? Quel est le pays dont vous aimeriez fouler le sol ?

Gunman Xuman – L’inde, le Japon, le Brésil sont les trois pays que j’aimerais vraiment visiter. Ce sont mes prochaines destinations à coup sûr.

Anecdote Jumia Travel – Quel est la chose la plus insolite, incroyable qui vous soit arrivée lors d’un voyage ?

Gunman Xuman – Lors d’un périple, tous les autres membres du groupe Pee Froiss et moi, avons quitté la Hollande pour aller en Angleterre et malheureusement nous avons raté la correspondance. Et c’est le début d’une galère qui s’est révélée hilarante par la suite. On se retrouve à l’aéroport d’Amsterdam sans un sou sur nous et il fallait absolument joindre le promoteur mais n’avions même pas de pièce pour pouvoir utiliser la cabine téléphonique. Comme il fallait absolument le prévenir pour qu’il change nos billets, on s’est retrouvé à faire la manche dans l’aéroport. On finit par joindre le promoteur qui nous trouve un vol pour le lendemain et nous envoie de l’argent mais on n’était pas au bout de nos peines vu qu’il était Dimanche donc pas de banques ni de services de transfert ouverts. On nous indique un bureau de retrait en centre-ville et là encore il faut payer les billets de train et encore une fois nous n’avons pas de sous et nous prenons le risque d’emprunter le train en fraudeurs. La suite fut aussi galère et c’est l’un des voyages les plus tumultueux que j’ai fait et ce souvenir est resté gravé dans ma tête.

Toute l’équipe de Jumia Travel vous remercie…

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *